Choisir de travailler le week-end n’est pas une tare

pour ma part je suis bien en travaillant même si par moment je passerai bien du temps avec ma fille plutot qu'avec mes clients mais je sais que c'est mon équilibre et si maman est bien ca aide les enfants à être bien.

Anecdotes et petits conseils à l’usage des surdoués, hauts potentiels et autres zèbres en milieu hostile
Voir le profil de Ketrichen sur le portail Overblog .  » Et là votre interlocuteur de partir dans un rire franc (Il est persuadé que vous plaisantez – mais non pas du tout -) -Ah, cette pittoresque et répétitive incompréhension, on ne s’en lasse pas .

A lire aussi : Loi de Murphy : quand ça tourne mal au travail

Une petite avec le Dr qui suis la puce (merci, toi aussi je t’aime) et il reste 8 jours de congés et là les gros c*** du boulot me disent que non les congés payés prennent le pas sur le congé
maladie (c’est une blague ou quoi.

Si vous n’êtes pas prêts à affronter ce qui vous fait peur, vous empêche d’avancer, ni de vous remettre en question, d’essayer de nouveaux comportements, de quitter des environnements toxiques, vous n’y arriverez pas. C'est le rêve de mon boss, il veut que travaillons gratuitement, spontanément, quelques heures par semaine car on est une petite entreprise, et vu qu'on a rien en retour, ben personne ne s'y soumet réellement . Moi je voudrais bien ne pas bosser (mais quand même gagner de l'argent), mais ne pas être au foyer non plus (mon investissement actuel vis à vis de mes enfants me va très bien, je ne veux pas faire plus.
Au bureau, depuis bientôt un an notre boss est un Allemand, et il ne peut s’empêcher de faire des commentaires, comme un Français… Bah, il a d’autres qualités, mais au début il a choqué pas mal de gens.

A lire également : 20 sites utiles pour chercher du travail aux Etats-Unis

C’est vrai que les 500 euros de la CAF c’est juste minable, perso surtout rapport à ce que je touche d’habitude et donc rapport au loyer, impôts et autres dépenses incompressibles que je me tape . Forte de cette expérience où le besoin de changer le monde et l’espoir mis dans cette quête se sont retrouvés tous deux : broyés par le système, écrasés et fustigés par les contradictions administratives et les jeux de pouvoirs, vous vous faîtes une raison, « vous mûrissez » comme disent les TLM biens pensant et vous démissionnez. C’est formidable d’aider les gens, d’avoir un poste, un intitulé de fonction qui dit : « Service social » (soit : « Aide les gens en détresse, frappez puis entrez,  vous serez sauvé.

Je ne doit pas imité copier( j’ai du apprendre comme le font les chinois, pour eu apprendre c’est copier dans leur langue) mais en me mettant dans la peau de ce personnage j’ai compris comment il était charismatique.

10 choses que j'ai apprises de mon burn-out avant mes 30 ans

Du coup, je suis inadapté au système (et fière de l’être, “être adapté à une société malade n’est pas un signe de bonne santé”, hein o/ ), et je suis dans un hébergement d’urgence du 115 à me demander quoi faire et s’il y a moyen d’avoir un statut handicapé quelque part. J’esperes avoir un jour pour mes vieux jours une personne pres de moi que je soutiendrai comme je la soutiendrai…pas facile la vieillesse quoi qu on dise…sachant que je n’ai pa eu la chance d’avoir des enfants….

L’autre jour sur France Info il y a avait une chronique là dessus justement, je n’écoutais que d’une oreille mais la conclusion du gars qui avait fait une étude sur la performance au travail montrait que venir travailler en étant malade était globalement contre-productif pour la boite .

Bon j’ai qu’une seule experience et c’est pas dans le privé mais dans un organisme gouvernemental mais alors RIENNNNN a voir avec l’ambiance tyrannique dans laquelle je travaillais en France la c’est tellement decontract’ que j’ai mis 3 semaines a comprendre qui etait le Grand Chef ce qu’en France tu sais assez rapidement generalement vu qu’il est sur son piedestale avec les chevilles enormes. Imaginez un monde où chaque matin, la perspective de vous rendre dans ce lieu (qui vous apporte confort matériel et sécurité de vie) était la promesse d’une nouvelle renaissance de votre être profond, de l’épanouissement de vos neurones et de votre sensibilité si charmante. ) et tout particulièrement la dernière phrase “votre solitude vous permettra d’aider une personne isolée” puis “merci d’être là ;-)” j’ai compris le sens de cette toute dernière phrase et notamment du smiley . Entièrement d’accord, tout en se rappelant que chacun à ses propres niveaux de challenges, et que l’on ne doit pas se sentir inférieur parce que nos challenges peuvent sembler inférieurs à ceux des autres. J’ai longtemps été angoissé par la solitude et j’avais besoin notamment de fumer pour combler ces moments… J’étais en surpoids sans doute aussi pour me protéger de l’extérieur… bref je ne me sentais pas bien.

Pis pour le fait d’etre viré comme ca “pouf” au debut ca me stressait mais l’avantage c’est que toi aussi tu peux te barrer “pouf” si ca va plus t pis des jobs y’en a donc bon.

Je recommande le livre “l’esprit de solitude” de JACQUELINE KELEN qui traite de ce sujet et qui explique tous les bienfaits de la solitude dans l’atteinte de sa divinité et de sa pleine conscience.

À partir du moment où vous vous écoutez et où vous vous faites confiance, vous vous êtes construit un bouclier mental contre ceux qui veulent valider ou non votre état, et par là, vous volent un peu de votre libre-arbitre. On le voit: une personne peut être bouleversé si elle reçoit un commandement de payé (un rappel de facture impayée) et une autre peut rester positive face au cancer (et en profiter pour lancer un message à l’humanité). Oui, on peut être active, féministe, hautement sociable, et avoir néanmoins envie de prendre quelques mois pour être avec son mioche, sans s’appeler ingalls ni considérer sa propre reproduction comme une fin en soi. article totalement inutile les employeurs non aucun respect de la vie de famille de leur employer , si le travaille n'est pas fait l'employer est rétrograder sanctionner au pire viré et se n'est pas les tribunaux (prud'hommes ou autre) qui vont agir pour contré sanctionner l'employeur et encore moins l'inspection du travaille, je l'écrit en connaissance de cause preuve a l'appui. Pour cette personne qui s’obstinera sans vergogne et sans relâche à trouver une solution à votre ENORME  problème de chômage et à votre manque total d’ambition, le travail est une valeur. J’ai lu dans les commentaires que la solitude affirmait notre personnalité c’est vrai mais le revers de la médaille c’est que quand on dit non à quelqu’un on n’existe plus.

Vous avez raison lorsque vous dites que chaque situation est “syndromisé” et au final on cherche des remèdes là où on devrait simplement accepter la situation (pas aveuglément non plus). On m’a proposé de me loger si je ne trouvais pas d’appart, de me servir de chauffeur le samedi pour magasiner, j’ai été invité a passer un week end dans un splendide chalet au bord d’un lac, a des barbecues, ….

  Doit-on aller travailler quand on est malade ?

Sur un plan plus professionnel, le boss attend que tu “livres la marchandise” : la job faite, pas forcément à la perfection, mais pas de lacunes graves, et de la fiabilité (pas malade souvent, en retard…). Bonjour julien , tres interressant ton blog et communicatif , on se sens moins seul en le lisant , j ai du mal avec vivre avec moi meme , divorce et sans emploi c est complique et pas facile tous les jours , ce dire que la vie est belle , que les oiseaux chantent . Actuellement les employeurs, ont un but, avoir des employés ultra disponibles, sous payés, et très obéissants, mais heureusement nous avons des lois et surtout un code du travail, et des sanctions contre ceux qui ne le respectent pas. À côté, j’ai doublé mes séances de psychothérapie (bien sûr ni remboursée par la Sécu, ni par ma mutuelle, parce que tant que vous ne voyez pas un psychiatre pouvant vous noyer sous les antidépresseurs, votre santé mentale ne mérite pas une prise en charge) (sic).

Aujourd’hui , je suis passé des regrets aux remords qui me fait inlassablement comprendre qu’il faut être fidèle à soi même et ne pas tricher, chercher des choses positifs par soi même et rendre agréable la vie avec les autres. Pour le fait de réussir à libérer des ressources lorsque l’on est lié à beaucoup d’éléments importants (des gosses, un job, une dette, etc) je suis en train d’écrire sur le sujet. Nous ne vivions pas ensemble fort heureusement, j’avais mon petit chez moi qui n’était supposé qu’être temporaire et etait donc occupé a mi-temps mais qui de fait devient mon territoire à part entière dorénavant.  » Pour autant, le service civique dans cette association de réinsertion par le sport n’est pas une partie de plaisir : textos à 4 heures du matin envoyés par un patron « passionné », des jeunes en marge à peine plus âgés qu’elle. Il m’arrive parfois de penser qu’Internet peut être une belle saloperie quand il dématérialise les relations humaines, qu’il nous déconcentre en dispersant notre attention sur des choses futiles, etc… Mais quand je lis un article comme celui la, je me dis que dans le même temps il peut aussi permettre de rapprocher les gens et de créer une synergie commune…
Voila que je lis un article sur la solitude écris par un mec depuis un container à des milliers de km de la (perso je suis à Paris) et qui en arrive aux mêmes conclusions que les miennes en ce moment. Pour ma part, c’est assez intéressant, je donne de plus en plus de conférence (grâce au blog) mais durant ces week-ends où je vais parler d’intelligence sociale, je suis souvent seul 😉 Laissant mes amis s’amuser entre eux dans ma ville natale. À cause de ma culpabilité et de mon syndrome de l’imposteur, je n’arrivais plus à savoir si mon sentiment de mal-être, pourtant de plus en plus intense, était légitime.

Ok, vous êtes prêts à faire des compromis (sauf pour les banques et pour la pub) même si ça vous arrache littéralement la glotte de travailler dans des entreprises qui n’existent que par et pour elles-mêmes sans aucun soucis des humains qui la composent, soit, mettons de l’eau dans notre verre de lait fraise.
Cette société, bruyante comme une basse cour, est pleine de conseilleurs, de théoriciens de la vérité qui gagnent leur croûte à expliquer à ceux-là même qui produisent quelque richesse, comment ils devraient s’organiser ou ce qui serait bon pour eux.
 
Les arguments il me semble étaient : le salarié est beaucoup moins efficace d’une part , mais surtout il risque de contaminer tous ses collègues et d’impacter de ce fait la productivité globale de l’entreprise dans les jours qui suivent . Repensez à cette phrase du Dalaï Lama qui dit : « Ce qui surprend le plus chez l’homme occidental c’est qu’il perd la santé pour gagner de l’argent et qu’il perd ensuite son argent pour récupérer la santé.

Je viens d’avoir 50 ans est c’est la toute première fois de ma vie que je me retrouve à vivre seule, dans un pays qui n’est pas le mien, sans famille et sans amis proches
heureusement que le téléphone existe
j’ai cru longtemps que la vie de couple était la seule chose pour laquelle j’étais faite mais malheureusement, ca n’a pas duré … je dois donc depuis qq mois faire face à un nouvel appartement seule, des loisirs seule ( cinéma, café, promenade, shopping)
parfois je me sens bien mais le plus souvent j’aimerais avoir quelqu’un avec qui partager ce que je vois, ce que j’aimerais faire
je travaille toute la journée et parfois le soir je me sens très seule car pas de présence physique, personne pour partager mes repas pour me souhaiter une bonne nuit
je vais essayer de faire de cette solitude imposée une expérience de vie positive mais franchement j’espère de tout cœur qu’elle ne s’étalera pas sur de longues années
a tous ceux qui se sentent seuls…. Et le pire c’est au niveau des garçons, je me sens tellement seule et je n’arrive pas à dire non, que j’ai eu bcp d’histoires que j’ai arrêté car je ne me sentais pas bien avec ces personnes.

En prélude à cet article, je tiens à préciser que vous ne vous reconnaîtrez pas forcément dans ce que je raconte (parce qu’on est tous différents) que je ne détiens pas la vérité, que tous mes mots sont subjectifs et subjectifs et que non, je ne suis.

« Aucune offre ne correspond à votre demande »

Au sommet de sa petite maison ouvrière rouennaise, où une seule pièce remplit chaque étage, le dernier abrite une planche sur deux tréteaux, un ordinateur et une liasse de feuilles imprimées : c’est ici que la jeune fille rédige son prochain opus.

44 ans, divorcée, épanouissement pro, 2 enfants à temps quasi complet, éloignement des couples d’amis etc…L’affirmation de soi est certes une nécessité pour échapper aux méandres pernicieux de nos schémas introjectés, mais elle peut aisément devenir une tyrannie. Si vous avez régulièrement la boule au ventre, si vous vous sentez dépassé par des pensées négatives, si vous vous sentez seul, si vous avez du mal à accomplir des tâches quotidiennes, ou si, au contraire, vous vous épuisez à la tâche mais n’en retirez aucune satisfaction: c’est votre corps qui vous envoie des signaux d’alerte.

Merci julien pour cette article pertinente je trouve que le sujet de la solitude est très intéressant vrais que la plus part des gens croient que la solitude est toujours un malheur qui dit solitaire dit triste, déprimé. Mais attention, ca marche dans les 2 sens, comme partout dans le monde
Coté boulot, j’ai remarqué 2 categories d’employés: ceux qui travaillent tranquillement (pas envie de responsabilites), qui sont reconnus mais qui stagnent ,et ceux qui veulent evoluer.
J'ai eu des reflexions,mais bizarrement plutot de personnes bien plus agées,plutot generation de mon père ou mes beaux parents qui dès que mon ainée(qui a maintenant 24) a eu quelques mois me demandaient sans cesse quand je reprenais le boulot.  » En revanche, les boîtes d’intérim sont moins exigeantes quand il s’agit de recruter des aides à domicile pour des personnes handicapées ou sous tutelle, métiers qui mériteraient, là, une formation vraiment adéquate… « J’avais peur d’un pyromane qui était assez difficile à gérer. ), mais en prime nous devrions avoir mis assez de côté (si je bloque les sites genre Verbaudet, Obaïbi et quelques autres, que je saborde mon paypal et que je me roule un gros oinj avec ma CB) pour que je ne reprenne qu’en septembre.

Bonjour, moi je me retrouve seul depuis des mois, au chômage après un burn-out et sans amis car je me suis rendu compte que j’étais un larbin pour eux, bon qu’à être figurant dans leurs clips (alors qu’on devait aussi monter le miens depuis un an…), aller chercher leur fille à la garderie ou encore servir de pancarte pour montrer à nos ex-amis communs (dont un m’a pété une dent au fond d’un studio d’enregistrement et envoyé passer un scanner pour un commentaire Facebook auquel j’ai osé répondre…) que maintenant j’étais avec “eux” et plus “eux”… Depuis je me sens mieux, après les avoir envoyé tous chier, et continue d’écrire un futur album, penser à ma future marque de vêtements qui va me demander un investissement, stresser, me détendre, redécouvrir l’essence de ma passion qui est le rap et ça depuis 12 années, bloquer des pensées parasites menaçantes, anticiper ce que je peux dire ou non à la psy etc lol c’est vrai qu’ça fait du bien d’écrire. Le mec perd pas de journée de carence, le taf est à peu près fait (en général, on gère alors uniquement par objectif, donc qu’il mette 1/2 h ou 12h, il se débrouille), et il contamine pas tout le monde .

L’an passé j’ai cumulé 4 emplois pour financer une thèse qui n’a plus d’intérêt pour moi (oui, mon directeur a réussi à me dégouter à vie de ce qui m’enthousiasmait à force de brimer ma méthodologie personnelle). Soit je continuais à bosser et donc mettre en péril les chances d'évolution de mon fils ( diagnostiqué TSA à 2 ans) soit j'arrêtais et me consacrer à ses différentes pecs, à son évolution, à lui.

si je gagnais à l'euromillion, j'embaucherai quelqu'un à temps plein pour me décharger des choses chiantes et sclérosantes, mais je ne suis pas du tout certaine que j'arrêterai de travailler

je pourrai concevoir ne pas avoir d'activité qui me rapporte des sous, pour autant, je ne me sentirai pas faf, puisque le temps "gagné" serait investi ailleurs que dans mon foyer. Mais dans la bouche de cette personne, convaincue de l’absolu de sa certitude, la valeur travail est à prendre au sens de : « Ce qui est posé comme vrai, beau, bien, d’un point de vue personnel ou selon les critères d’une société et qui est donné comme un idéal à atteindre, comme quelque chose à défendre. Quand je pense que récemment le gouvernement français a rejeté coup sur coup deux propositions pour allonger le congé maternité (l’une à 20 semaines au lieu des 16 actuelles, l’autre à 18, recalées sévèrement), je trouve que c’est bien hypocrite. Je veux dire par là que pour bien s’occuper des autres, consacrer du “quality time” aux autres, il faut prendre le parti de prendre soin de soi, cela peut sembler égoïste mais c’est à mon avis nécessaire. J’ai passé des moments très difficiles mais j’ai fait un long travail sur moi pour comprendre ce que je voulais et je suis arrivée à accepter ma solitude qui me permet de me consacrer à moi-même déjà et aux autres.

Pour connaître la solitude depuis trèèèèèssss longtemps, et encore plus depuis que je suis indépendante et que je passe des journées entières à écrire mes formations, je perçois cet article comme un soulagement, aussi comme un encouragement qui nous rappelle qu’il est nécessaire de se bouger, pour que les choses bougent quand elles ne nous conviennent pas.

Et vous, qui est votre «âme sœur» du bureau ?

Ce que j’ai essayé de retransmettre dans cet article, c’est d’accepter la solitude et d’en profiter pour rebondir, développer des compétences, apprendre à parler à des gens.

Ce qui est certain : les gens se fient au moins aux apprences, et notamment à la tenue vestimentaire… En France, c’est immédiatement une étiquette, souvent méprisante, parfois vulgaire : “la coincée bc-bg”, “le boutonneux à lunettes”, “la pouf de service”.

L’Humanité invite à sa table des cuisiniers, des philosophes, des écrivains, des chroniqueurs… avec pour seul mot d’ordre : « Cuisinons l’époque » . Rien qu’un stage de deux semaines, ou qu’une formation de 4 jours où il faut se lever un peu trop tôt, et je n’y arrive pas, je fais un malaise, ou je me sens tellement mal que j’ai l’impression que je vais mourir à chaque milliardième de seconde de la journée.
Même chose en ce qui concerne les changements d’apparence physique : vos collègues les plus proches vous en parleront peut-être, les autres ne feront aucun commentaire sur votre nouvelle couleur rousse.

J’étais secrétaire (avant d’avoir la chance d’avoir une chef qui m’a permis de poursuivre mes études tout en bossant à plein temps et de devenir psy) et je le suis toujours, en attendant d’avoir un cabinet qui tourne suffisamment –et c’est pas demain la veille.
Je ne suis pas non plus une working girl,je n'ai jamais eu aucune ambition professionnelle,par contre j'ai apprecié d'avoir le temps de m'investir dans ce que j'aimais et de ne pas courir après le temps avec mes enfants. Enfin, je découvre que ma solitude chérie m’a apporté une authenticité, que je ne retrouve que très rarement dans les gens, pour la simple et unique raison, que les gens ne se connaissent pas eux-mêmes. J’ai remplacé des routines néfastes par des routines bénéfiques, j’ai décidé de changer, je l’ai fait seul, mais je me suis appuyé sur des sites comme le tien qui m’ont montrés que c’était possible et que je n’étais pas seul. Depuis le 1er janvier, les entreprises françaises se doivent de mettre en application un «droit à la déconnexion» pour encourager leurs collaborateurs à lâcher leur iPhone une fois rentrés à la maison… L’objectif: entretenir la séparation – de plus en plus floue – entre la vie professionnelle et la vie privée. Quand je pensais ne pas pouvoir aller plus bas, il y avait toujours un nouveau recoin sombre de mon cerveau pour m’accueillir avec joie dans l’auto-dépréciation, l’angoisse et la déprime. Sinon j’ai passé le week-end à découvrir ton
blog, jusqu’à en avoir mal au bide (le pull et les chaussons tricotés par ta maman à Miss Bordel ont été fatals, j’ai bien cru que j’accouchais sur le canap’) Un de plus dans ma liste de favoris
. À m’écouter, à me respecter, à me faire confiance, à m’exprimer, à m’apprécier, à me défendre, à être indulgente envers moi-même, à me comprendre, à grandir. Je n’ai plus peur d’être seule … parce que la solitude n’est pas une tare, parce qu’elle peut être bénéfique (si tant est que nous la mettons correctement à profit), que nous n’avons pas besoin d’être sans cesse en groupe pour exister, être et avoir. Si tu me trouves relou depuis que j’ai accouché, j’ai envie de dire passe ta route, parce que tu vas perdre bêtement 5 minutes à lire, et me crisper pour rien avec un commentaire à la con, et ça, c’est mauvais pour ma lactation.
J'ai une vie sociale surement bien plus riche que sur les rares periodes où j'ai travaillé;de toute façon,je n'ai eu que des boulots avec peu de rapport avec du monde et je pense que j'aurais detesté effectivement devoir cotoyer chaque jours des personnes à cause d'un travail(j'ai ete assistante maternelle,agent de securite et je travaillais toute seule sur un site et palefrenier,très peu de contact avec mon collegue,on avait clairement autre chose à faire).

J’ai toujours peur aussi de décevoir donc j’essaie de toujours être là même si ça ne me plaît pas, j’ai toujours peur même pour des broutilles que l’on pense du mal de moi même si je me persuade que je dois être responsable et que je me fiche du regard des autres je n’y arrive pas.

Dans son livre, Laura Vanderkam fait également le constat suivant: la plupart des femmes dont elle a recueilli le témoignage dans son livre ne travaillent pas plus d’une heure sur l’ensemble du week-end. Mon prochain challenge est de me sentir encore mieux dans corps par une meilleure nutrition et une meilleure condition physique et d’aborder des gens directement dans la rue pour améliorer mes aptitudes sociales (je ne suis pas timide, mais j’ai quelques blocages dans certaines situations), car il y a aussi un point sur lequel je suis d’accord, la lecture c’est bien, la pratique c’est mieux, même si c’est très difficile de se lancer….

C’est que mes droits de chômage s’épuisent et que ça me fout toujours la trouille de regarder l’échéance arriver comme une guillotine vicelarde qui me susurrerait à l’oreille « Je viens pour toi, je viens pour toi.

Surtout, je suis consciente d’avoir le cul bordé de nouilles d’avoir réussi à réunir les conditions matérielles pour me permettre ces quelques mois off, c’est un peu exceptionnel par les temps qui courent.

Parce que bon, si je ne suis pas motivée pour faire quelque chose, ça veut dire que je ne suis pas assez persuadée de son utilité, donc là pour agir à contre-coeur, bof je suis pas sûre que ça dure à la longue, enfin, c’est mon fonctionnement perso hein 😉 Après, en s’appuyant sur la mise en place d’habitudes et de routines de vie, on peut se passer de la motivation à certains moments plus ou moins longs.