La GAE, une 3ème voie entre GPEC et plan social

La GAE, une 3ème voie entre GPEC et plan social

Partir des pratiques du terrain pour sortir des querelles idéologiques, c’est ce que propose le Cercle des DRH européens pour réformer le marché du travail. A l’heure où les plans sociaux se multiplient, le Cercle des DRH européens plaide pour une troisième voie entre GPEC et PSE : la gestion active de l’emploi (GAE). ». Concrètement la GAE donnerait les mêmes droits qu’un PSE et garantirait la même transparence pour les partenaires sociaux tout en étant fondée sur le volontariat des salariés. Au préalable, la GAE devrait notamment être prévue dans l’accord de GPEC, être activée d’un commun accord par les signataires et n’intervenir qu’après un éventuel accord de maintien de l’emploi. Établir une stratégie est indispensable, dans l’objectif d’harmoniser le développement de l’entreprise avec les compétences et les besoins des salariés. Il est possible d’utiliser les balises HTML suivantes :
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>
Ce blog supporte le système Gravatar, pour obtenir le vôtre, inscrivez-vous sur Gravatar. Dans leur proposition, les DRH insistent sur le volontariat de la démarche et la continuité de l’emploi.

Emploi
Le BTP intègre les réfugiés. Le retour sur investissement ne se mesure pas qu’au travers du bilan comptable, mais aussi par la richesse des talents qui travaillent et se développent dans l’entreprise. Recevez notre newsletter gratuitement Voir la dernière newsletter.  .

A lire en complément :  Statut de cadre et statut de cadre supérieur : quelles différences ?

Jusqu’où éviter le plan social ?

En cliquant sur “Recevoir la newsletter”, vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.

Il complète la politique managériale, renforce la motivation des collaborateurs (transparence) et la rétention des talents dans l’entreprise. Le fait de la semaine
Égalité professionnelle : comment les DRH font bouger les lignes. fr.

A découvrir également : Télétravail : de plus en plus plébiscité par les salariés

  Il est donc parfois difficile pour des chefs d’entreprise de considérer la formation comme un réel investissement… Mais investir dans le développement du capital humain de son entreprise est, malgré les apparences, une démarche courageuse et profondément enrichissante.

Une anticipation déjà mise en oeuvre à travers les démarches de GPEC (Gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) qui ont fleuri dans beaucoup d’entreprises ces dernières années. com.

L’objectif d’un plan d’action GPEC est bel et bien de préserver et sécuriser les emplois, tout en maintenant la compétitivité de l’entreprise.  
 
 
 . Avec comme maître-mot : l’anticipation. bonjour@uprhproduction. Prévoir l’avenir, c’est faire évoluer les compétences des salariés, donc les former :. La formation n’est pas en soi un bien productif (tel un investissement classique de type machine) et sera difficilement considérée comme un investissement (qui sur le plan comptable, s’inscrit à l’actif de l’entreprise).

Pourtant, le nombre de PSE est en constante diminution. Dans un environnement économique et social complexe, toute entreprise se trouve confrontée à des évolutions multiples. 06 59 54 17 04. La mise en place d’un projet GPEC est un  processus vivant, un outil de management qui favorise la coordination interne, la cohésion des équipes.

UP RH PRODUCTION
2 Rue d’Oran
69001 Lyon. Voir les propositions du Cercle des DRH européens.

Mettre en place un plan de Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) en janvier pour licencier une partie de son effectif en décembre est bel et bien un plan social déguisé. Cela commence par une cartographie complète des métiers et des compétences présentes dans l’entreprise, et conduit à un état des lieux de l’organisation RH, de la politique sociale et de formation.

Inscrite dans le projet de loi Travail, la redéfinition des conditions du licenciement économique a nourri bien des polémiques. .

Une organisation sans approche prévisionnelle pourra voir les vertus de la GPEC comme trop longues ou trop coûteuses, trop théoriques, ou comme étant source de désorganisation (salariés absents car en formation), voire un investissement inutile (en effet, la formation est une charge sur le plan comptable).

Mais ces prévisions se heurtent aujourd’hui aux difficultés économiques des entreprises. C’est pourquoi un tel projet se construit sur le long terme (supérieur à 5 ans). Rémunération
Les budgets d’augmentation en hausse.

« Aujourd’hui beaucoup d’entreprises ayant mis en place des accords de GPEC anticipatrice butent sur l’absence de cadre juridique et, au moment où des difficultés se présentent, pour sécuriser leur démarche, abandonne leur approche négociée et innovante pour revenir au classicisme du PSE, sécurisant pour l’entreprise mais anxiogène pour le corps social » estime le Cercle des DRH européens qui propose du coup une formule nouvelle entre GPEC et Plan social.

Certaines utilisent d’autres voies pour réduire la voilure, des plus concertées aux moins avouables. Une GPEC ne doit pas être mise en place en réaction à des difficultés économiques présentes, mais en anticipation des changements futurs.

Le Cercle des DRH européens l’explique dans un communiqué.

Les entreprises doivent donc absolument se projeter dans le temps : plus une entreprise aura de difficultés à se projeter dans le temps, plus elle peinera à mettre en œuvre des formations qualifiantes ou diplômantes. Nous sommes basés à Lyon, en Rhône-Alpes, et nous vous invitons à découvrir tous nos films sur notre channel youtube. D’une durée de 12 mois, la GAE pourrait, selon le Cercle, répondre aux besoins des entreprises « confrontées à une baisse de charge prévisible (12 / 24 mois) ou à une désadaptation collective des qualifications d’une partie de leur personnel sur une période équivalente ».

Une proposition faite lors d’une conférence organisée le 5 décembre dernier par l’Association des journalistes de l’information sociale (Ajis).

L’enjeu est à la fois économique et humain : c’est une opportunité de dialogue dans l’entreprise, un outil de mise en cohérence des ressources humaines présentes dans l’entreprise.

Mais en quoi pourrait consister cette Gestion active de l’emploi (GAE) . Elle pourrait, selon eux, transformer la moitié des plans sociaux en solutions négociées en conciliant à la fois l’adaptation et la transformation des métiers avec la sécurisation des parcours professionnels.

« Pour signaler un contenu indésirable ou illicite, nous vous invitons à nous contacter à l’adresse suivante : contact@wk-rh. UP RH Production réalise des films destinés à valoriser le capital humain et les savoir-faire des entreprises.