Quel âge pour devenir PDG ?

Existe-t-il un âge idéal pour être PDG d’une entreprise ? Les plus âgés sont-ils plus adaptés que les jeunes ? Il est courant de se demander quel est l’âge optimal pour être à la tête d’une entreprise. Bien qu’il n’y ait pas de recette pour réussir, les PDG, directeurs généraux considèrent que chaque dirigeant doit avoir certains éléments de personnalité.

Quel est l’âge idéal pour devenir PDG

Plusieurs études s’intéressent à savoir si l’âge est déterminant pour le succès ou l’échec d’une expérience en entreprise. Les nouvelles générations, lorsqu’elles accèdent aux postes de direction, ont tendance à se détacher rapidement de ceux qu’ils considèrent comme « à l’ancienne et conservateurs ».

A lire aussi : Les 3 facettes du métier de data scientist

Il existe des études publiées sur certains phénomènes intéressants à considérer. Une étude du JPMorgan Chase Institute, basée sur 138 000 entreprises de moins de 500 salariés, indique que celles fondées par des entrepreneurs de plus de 55 ans déposent moins fréquemment le bilan que celles créées par des plus jeunes. Les fondamentaux vont de l’attitude envers l’argent à la différence d’éléments entre l’un et l’autre. En revanche, et en contrepartie, le constat est que les dirigeants de Lehman Brothers au moment de sa faillite avaient 62 et 58 ans.

Le cas de Yahoo est différent, de sa création à son déclin, il a eu huit PDG différents, le dernier d’entre eux avait 37 ans au moment de sa prise de fonction. Ce sont de petits signes que l’âge n’est pas un facteur déterminant pour le succès ou l’échec de la gestion d’une entreprise. Il n’y a ni exaltation ni condamnation de l’âge, les talents et les médiocres existent dans toutes les générations.

A voir aussi : Combien coute un bilan de compétences ?

L’âge pour être un PDG, c’est ’’l’âge de la maturité’’

Il est courant que de nombreuses entreprises procèdent à un changement de génération soudaine. Dans ce cas, les personnes ayant des années de gestion et d’expérience sont remplacées par de jeunes professionnels qui apportent de très bonnes contributions. Mais ceux-ci peuvent ne pas avoir l’expérience et les connaissances de l’entreprise. Le risque, ce sont les erreurs qui peuvent être commises et les coûts qu’elles entraînent.

Dans la vie professionnelle, vous pouvez vivre tous les cas. Des changements proposés par les nouvelles générations aux moments où le plus expérimenté ont dû intervenir « pour sortir les châtaignes du feu » avant qu’une débâcle ne se produise.

Il est dommage de gaspiller les deux talents en les plaçant aux pôles opposés. Les deux sont des ressources précieuses pour les entreprises. L’expérience d’une part et la connaissance de ce qui est nouveau d’autre part peuvent être correctement gérées pour éviter les dommages et les pertes dans les organisations. En fin de compte, seule la maturité intellectuelle peut permettre de faire la différence entre un PDG qui réussit et un autre qui échoue.