Chômage record aux Etats-Unis

En quelques jours, les États-Unis sont devenus le premier foyer d’épidémies au monde, derrière l’Europe et la Chine. Au cours des dernières 24 heures, le pays a enregistré le pire record quotidien d’un pays… et refuse toujours de limiter sa population au niveau national.

Avec plus de 243 000 cas de nouveau coronavirus et 5926 décès, les États-Unis sont au centre de l’attention. En 24 heures seulement, le pays a enregistré 30 000 nouveaux cas et plus de 1 100 décès supplémentaires liés à Covid-19, un triste record mondial. Alors que la situation en Europe commence tout juste à se stabiliser, voire à s’améliorer pour certains pays tels que l’Allemagne et l’Italie, les États-Unis sont probablement au début de la crise à venir.

A lire aussi : Movember : Quel est ce nouveau mouvement ?

Le président Donald Trump (encore une fois) refuse d’annoncer le confinement national, une mesure que certains États ont néanmoins voulu comme la Californie, la Floride, New York, le New Jersey ou la Géorgie. Dans le même temps, les questions deles prestations de chômage n’ont atteint 6,6 millions de nouvelles demandes que le jeudi 2 avril, contre 3,3 millions au début de la semaine et 2,8 millions au cours de la semaine du 22 au 29 mars. Conséquences dans certaines villes : le chômage massif provoque une crise des loyers et oblige chaque État à prendre des mesures exceptionnelles pour limiter les expulsions et rassurer les propriétaires. À Los Angeles, la municipalité offre une période d’un an pour rembourser les sommes dues par les locataires aux propriétaires, à condition qu’elle ait rempli un dossier indiquant que la perte d’emploi est bien liée à la crise du coronavirus.

Lire également : Salon International d’art contemporain à Lyon : découvrez de nombreux artistes